Boucles Papipou

CHF49.00Prix
  • Matière: Laiton doré et pierre fine (Oeil de Tigre)

    Entretien: Nos bijoux ne requièrent pas d’entretien particulier. Ils peuvent être portés de manière constante (pas besoin de les enlever sous la douche ou en baignade) et tolèrent très bien les produits comme le parfum.

    Taille: Possibilité de varier entre 34, 37, et 40 cm ( fermoir compris).

    Entretien: Nos bijoux ne requièrent pas d’entretien particulier. Ils peuvent être portés de manière constante (pas besoin de les enlever sous la douche ou en baignade) et tolèrent très bien les produits comme le parfum. Dans le cas où les deux billes du pendentif ternissent, frotter avec un chiffon afin qu’ils retrouvent leur couleur.

    « Orihime et Hikoboshi » est la variante japonaise de la légende asiatique « La tisserande et le bouvier » qui conte la destinée des étoiles « Vega » et  « Altaïr » appartenant à la constellation du Lyre. À l’instant où la tisserande Orihime et le bouvier Hikoboshi se rencontrèrent, ils tombèrent amoureux de l’un et l’autre à un tel point qu’ils délaissèrent leurs rôles attitrés. À cause de la procrastination de nos deux tourtereaux, les autres astres n’avaient plus d’autres choix que de s’habiller en guenille et de faire face aux bœufs gambadant librement. En colère, ils punirent nos deux étoiles en les séparant par la voie lactée. Malgré tout, touchés par les pleurs incessants de nos deux amants, les astres leur octroyèrent finalement le droit de se réunir une fois par année. Cette retrouvaille est célébrée le 7ème jour du 7ème mois durant la grande fête estivale de la « Tanabata » au Japon. Sans s’effleurer, mais côte à côte, c’est en dessous du pendentif qu’on peut apercevoir deux petites billes dorées qui se contemplent. D’un aspect simple rimant avec les sentiments les plus sincères, le collier « Orihime » est composé d’éléments modestes qu’on appellera pour cette fois-ci, un «ensemble».